Interview de Rozenn Quique


Interview Rozenn

Rozenn Quique, Présidente de l’association Los campesinos de mañana, est partie au Mexique pour y réaliser le projet du jardin à la cantine : ici et ailleurs. A son retour Toutsurmonado lui a posé 6 questions pour comprendre son projet.  

Toutsurmonado Bonjour Rozenn. Vous êtes partie au Mexique avec l’appui de l’association Los campesinos de mañana pour quelle raison ?

Rozenn Quique – Pour aider des élèves à cultiver leur jardin de manière écologique, sans produits chimiques. Mon idée est de revaloriser auprès des jeunes l’utilisation de plantes locales.

Toutsurmonado Pourquoi le Mexique ?

Rozenn Quique – Ce choix s’est imposé à moi car pendant mon master en écologie tropicale, j’ai réalisé deux stages au Mexique et j’ai pu constater une méconnaissance sur les plantes locales et une augmentation de la consommation d’aliments industriels chez les jeunes mexicains. C’est tout naturellement que j’ai décidé de retourner au Mexique mettre en place le projet  du jardin à la cantine : ici et ailleurs.

Toutsurmonado  Le projet a-t-il été bien accueilli auprès des élèves qui a priori n’ont pas été sensibilisés à une alimentation saine ?

Rozenn Quique – Oui le projet a été un succès parce que dans un premier temps, il a permis de faire sortir les élèves de la classe qui avaient hâte d’apprendre tout en s’amusant. Puis, ils ont été vite captivés par le fait de pouvoir semer les graines et d’observer tout le processus, et à la fin de manger ce qu’ils avaient cultivé. Les parents ont aussi été satisfaits et rassurés que leurs enfants apprennent à cultiver leur propre nourriture surtout dans un milieu urbain.

Toutsurmonado Combien de temps a duré le projet ?

Rozenn Quique – Au lieu des 6 mois prévus, le projet a duré 4 mois et demi du fait d’une grève des enseignants qui ne voulaient pas se faire évaluer par le gouvernement. Ceci dit, ça n’a pas affecté le projet en lui-même.

Toutsurmonado  A la fin du temps imparti, le projet a-t-il été réalisé dans son ensemble ?

Rozenn Quique – Les élèves savent maintenant quelles plantes viennent de leur région et comment les cultiver. Le problème est de savoir si ces jeunes ne vont pas rester influencés par ces industries de la malbouffe (chips, soda et sucreries) qui envahissent le marché. Par rapport à la France, il est très difficile de trouver des produits industriels sains au Mexique.

Toutsurmonado  L’association a-t-elle d’autres projets à venir ?

Rozenn Quique – Oui. L’objectif est de concrétiser le projet en faisant un suivi et de continuer à créer d’autres jardins pour d’autres écoles au Mexique où l’obésité infantile est devenue un problème de santé publique.

Vous souhaitez soutenir le projet : cliquez ici pour faire un don.

Retrouvez le projet Du jardin à la cantine : ici et ailleurs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s